Press – Molignak

Picture-22

Chronique de Claude Rajotte à Radio-Canada

Émission Fréquence Libre avec Monique Giroux
Mercredi 30 novembre 2005
Claude Rajotte:
Jérôme Langlois ça vous dit quelque chose?  Maneige, c’était le pianiste, claviériste, clarinettiste – il joue de plusieurs instruments en fin de compte – de Maneige, ce groupe qui a été très important au début des années 70.  C’était des musiciens qui venaient de l’école Vincent d’Indy, du conservatoire de musique de Montréal…  Maneige avait fait des premières parties de Gentle Giant à l’époque, juste pour brosser un tableau pour bien dire aux gens qui est Jérôme Langlois…  Donc il est toujours demeuré actif, il a fait plein de musique pour soit le cinéma ou la télévision : Le grand remous, Miséricorde, Caserne 24, on peut continuer comme ça.  À l’époque aussi, je me souvenais, Maneige était signé à une grosse compagnie de disque, et puis c’est fini ça au Québec, les grosses compagnies, les multinationales ne donnent pas de contrats aux québécois, mais Harmonium à l’époque, Beau Dommage… ils nous ont délaissés, ils sont allés s’installer à Toronto et ils ont oublié qu’on existait. (…) Donc Jérôme Langlois a produit lui-même, c’est-à-dire qu’il a fourni l’argent; il a co-réalisé aussi, avec Bruno Lavoie et Hugues Tremblay.  C’est pas, peut-être… Je ne dis pas que c’est difficile.  Moi j’aime bien ça comme musique, c’est un peu intemporel.  C’est pas une musique facile facile, mais c’est entre le jazz et la musique classique.  Il y a aussi un côté tzigane, le lyrisme des violons de Bernard Cormier, il y a aussi Chantal Marcil au violoncelle, Gilles Schetagne de Maneige, et Romie de Guise-Langlois, c’est sa fille.  Il y a aussi bon, François Richard à la flûte et Mario Légaré à la basse.  On en écoute un extrait .
Monique Giroux
: Ahhh! Mais c’est très accessible comme musique!
Claude:
Ah bon, je le sais jamais, j’écoute des bruits et je trouve ça accessible.
Monique:
Mais c’est très très accessible, très agréable effectivement

La Presse
Arts et spectacles, samedi 22 octobre 2005, p. ARTS SPECTACLES15RééditionsDe Maneige à Molignak
Jérôme Langlois remonte sur scène après 25 ans de travail en studioLaurence, Jean-Christophe

C’était le 22 novembre 1975. Il y a 30 ans ou presque. Pendant qu’Harmonium et Beau Dommage explosaient commercialement, le groupe Maneige poursuivait ses explorations musicales à L’Évêché de l’Hôtel Nelson, la salle la plus hot de Montréal.

Le spectacle, diffusé ce soir-là sur les ondes de la défunte station CKVL, est longtemps resté dans les valises de Jérôme Langlois, pianiste, clarinettiste et cofondateur de la formation. Mais il vient de ressortir au complet sur CD, gracieuseté du label ProgQuébec, spécialisé dans la réédition de rock progressif québécois.

Cette sortie coïncide avec un retour sur scène de Jérôme Langlois, qui n’a, pour ainsi dire, donné aucun spectacle depuis la fin des années 70, se concentrant sur le travail de studio. Son nouveau groupe, Molignak, se produira au Gesù lundi soir, avec d’anciens membres de Maneige (Gilles Schetagne), d’Octobre (Mario Légaré) et de l’Orchestre sympathique (François Richard). ” Quand j’ai quitté Maneige, c’était en partie pour m’éloigner du monde du spectacle. Mais je ne pensais pas être parti si longtemps “, lance le compositeur au bout du fil.

Il y a 30 ans, Maneige était un des groupes les plus prometteurs du Québec. C’était l’époque où les multinationales du disque s’intéressaient à la musique made in Québec. La compagnie EMI avait littéralement flashé sur la musique inclassable de Maneige, mélange assez réussi de jazz, de rock et de musique classique. Fait intéressant: les deux premiers disques du groupe (Maneige et Les Porches) étaient sortis sur le label Harvest, branche underground de EMI et maison-mère du mythique Pink Floyd.

Pour un groupe de musique instrumentale, Maneige a vite fait son chemin. Sa pièce Le Rafiot a joué à profusion sur les ondes de CHOM-FM. On l’a vu en première partie de Soft Machine, Genesis, Ekseption et Gentle Giant. L’album Les Porches sera même distribué en Europe, mais, faute d’appui de la maison de disques, les ventes de disques resteront confidentielles.

Après ses deux premiers albums, la formation prend un virage plus accessible, qui entraînera le départ de Jérôme Langlois en 1976. ” Les compositions du groupe devenaient plus rock, plus courtes, alors que je voulais continuer à faire des pièces plus longues, à développement. J’ai préféré m’en aller plutôt que d’imposer ma vision “, résume le musicien, en évitant d’entrer dans les détails.

Du point de vue commercial, Maneige connaîtra ses années les plus fastes après le départ du pianiste. Après cinq autres albums et quelques spectacles en Europe, le groupe finira néanmoins par s’éteindre en 1984, non sans avoir fait sa marque dans le Québec musical des années 70.

Langlois, de son côté, va connaître une carrière solo discrète et… Ça ne l’empêchera pas d’être productif, composant énormément pour le petit écran, de Rivière-des-Jérémie à Caserne 24, en passant par toute la gamme des dossiers policiers à Canal D. On lui doit aussi la trame sonore de plusieurs documentaires de Jean-Louis Frund, avec qui il travaille depuis 1983.

Avec Molignak, le compositeur renoue cependant avec l’esprit ” progressif ” qui l’animait au temps de Maneige. ” C’est comme boucler la boucle, lance-t-il. Depuis 1977, j’ai toujours voulu revenir à ce genre de démarche créative, mais c’est la première fois que ça semble aboutir. ”

Musicalement, le résultat est une fusion classique, romantique, impressionniste, teintée de tango, de jazz et de blues. ” L’influence des sons de la nature est aussi très importante comme point de départ ou inspiration première, précise le musicien. Mais ce qui compte plus pour moi est ce qu’on y exprime ensuite. Et ça, pour moi, c’est l’amour. L’amour de la vie, de la beauté de tout ce qui nous entoure et qui m’extasie, ainsi que toutes les émotions qui en découlent… ”

Avis aux intéressés, deux autres disques de Maneige seront réédités début 2006, soit Ni Vent Nouvelle et Libre Service, ainsi qu’un CD inédit de Lasting Weep, le groupe qui a donné naissance à Maneige. Les gens de ProgQuébec sont par ailleurs en discussion avec la multinationale EMI pour une éventuelle réédition des deux premiers albums du groupe. Histoires à suivre.
Catégorie : Arts et culture
Sujet(s) uniforme(s) : Musique
Taille : Moyen, 643 mots

© 2005 La Presse. Tous droits réservés.

Ce matériel est protégé par les droits d’auteur.Tous droits réservés. © 2006 CEDROM-SNi
Reportage
Lundi le 24 octobre 2005
Jérôme Langlois au Gesù
Toujours aussi passionné !
Pour célébrer la sortie de son tout nouvel album intitulé Molignak, tout en faisant un clin d’oeil à la formation mythique que fût Maneige et dont il faisait partie, Jérôme Langlois a choisi le Gesù pour faire un retour sur scène remarqué (et marquant). Puisant à toutes les sources de la musique contemporaine, le jazz, le classique, le rock et les musiques du monde, Jérôme nous mystifie, nous déroute et nous surprend encore par son sens de la mélodie, des arrangements et du “timing” musical.En plus de composer, Jérôme peut jouer tout autant du piano que de la clarinette et la guitare électrique. Parmi ses musiciens sur scène et sur l’album, on retrouve Gilles Schetagne (ex-Maneige) aux percussions, Bernard Cormier (ex-Conventum) au violon, François Richard à la flûte et au piano, Romie de Guise-Langlois (sa fille) à la clarinette si bémol et Mario Légaré (ex-Octobre) à la basse. Jérôme n’est pas peu fier de sa belle grande fille Romie qu’il nous a présentée comme la présidente de la Molinie (dans son pays il y a un président et une présidente).La première partie du spectacle, intitulée Rétrospective, nous a permis d’entendre Le Radeau 1 (extrait de Le Rafiot, de Maneige) avec François Richard, Le Ballon 1 et 2 (extrait de La Balloune, de Maneige) avec François Richard, La Chanson des Îles (Lasting Weep) avec François Richard, des extraits de trames sonores avec Bernard Cormier, la finale du Prince Harfang, documentaire de Jean-Louis Frund, le thème de Viens Voir les Comédiens, Les 30 journées qui ont fait le Québec variation du thème de cette série documentaire avec Bernard Cormier, Mario Légaré, Gilles Schetagne, et François Richard, le tout se terminant avec Arrivée et l’ensemble Molignak.En deuxième partie, tous extraits de son nouvel album Molignak, nous avons entendu Souffles d’Ivoire et d’Écrin, Introduction au Démon, Je suis le Démon de ta vie, Jac23, Duo clarinettes, Huard 2, Undertow, L’Envol du Papillon, Mars97 et Tango2000. Romie termine cette année sa maîtrise en clarinette à l’université Yale et a demandé à Jérôme de lui composer une pièce pour son concert de fin de maîtrise. Intitulée Rhapsodie Molinienne, c’est la pièce que Jérôme et ses musiciens ont servi au public à titre de rappel.

J’ai le sentiment d’avoir assisté à un concert important, fusion des styles musicaux et fusion des époques, ce qui démontre qu’un créateur de talent peut adapter son art aux différentes décennies qu’il parcourt. Pour plus de détails sur le nouvel album de Jérôme Langlois ainsi que sur la toute nouvelle parution de Maneige à L’Évêché 1975, je vous réfère au site de www.progquebec.com, un endroit incontournable pour qui s’intéresse au rock progressif des années 70. De plus, j’ai découvert récemment un endroit tout aussi intéressant pour les amateurs de rock progressif, www.progmontreal.com par Robert Dansereau.

Le festival des musiques progressives de Montréal
Vendredi le 15 septembre 2006

Au théâtre GesùJérôme Langlois et sa fille Romie DeGuise-Langlois

En lancement de cette première soirée de cette première édition du FMPM, le directeur général de l’organisation, Stephen Takacsy de Musique ProgresSon nous a présenté l’un des piliers de la musique progressive au Québec, Jérôme Langlois qui faisait partie du groupe Maneige vers la fin des années 70.

Jérôme n’a jamais cessé de composer même s’il est resté loin des feux de la rampe au fil des années. Il reprenait le flambeau sur disque l’année dernière avec l’excellent album instrumental Molignak, et ce sont majoritairement les pièces de cet album qu’il nous a offertes ce soir. Ajoutant quelques pièces de Maneige comme Le rafiot, il nous a entraîné dans son univers onirique de la Molignie, là où l’homme respecte la nature et les animaux.

En plus de jouer lui-même du piano et de la clarinette, ce soir il était entouré des musiciens Gilles Schetagne (ex-Maneige) aux percussions, Bernard Cormier (ex-Conventum) au violon, François Richard à la flûte et au piano, Romie DeGuise Langlois à la clarinette si bémol, Paul Picard aux percussions et Mario Légaré (ex-Octobre) à la basse. Jérôme n’est pas peu fier de sa belle grande fille Romie qu’il nous a présentée comme la présidente de la Molinie (dans son pays il y a un président et une présidente).

Bon suivi de festival à tous !

Par Michel Parent, QuebecPop.com

 

Seaoftranquility.org

 

Molignak Review, by Yves Dubé

Langlois, Jerome : Molignak

” Very often, Jerome Langlois’ inspirations come from nature, as  if a melody ,a chord and the rhythm could actually appear from a wave on the shore ,a gust of wind, or even an animal’s cry “

-excerpt from liner notes

“Molignak”, meaning “Montreal” in the Abenakis Indian language, is former Maneige front man Jerome Langlois’ first record for ProgQuebec and this label’s first release ever of all new material. The disc is comprised of 18 exquisite little jewels hand-crafted by a master. Piano, violin and clarinet coalesce over bass and drums to create delicate gems which evoke images of nature and serenity. Langlois spent many years writing scores for nature documentaries and the fruits of that labor are amply demonstrated throughout this disc. One can almost see the courtship ritual of loons during numbers such as “Le Huard” or picture whales beckoning each other during the beautiful “Sound Castle”. It’s very easy to visualize butterflies skittering from flower to flower during the elegantly fragile “L’Envol Du Papillon”. Langlois shows us he’s fluent on many instruments, such as the electric guitar, on soulful numbers such as “Jac 23”; and a virtuoso on the piano ,while accompanying the violin on the disc’s epic “Mars 97”. Throughout the disc launching concert, Mr Langlois referred to the fictitious utopian world he’d like to create for himself and a few close friends. The listener is taken to this magical land through the number entitled “La Molinie”. Miles away from the usual fare served up on this site, “Molignak” will definitely appeal to those who enjoy the chamber side of symphonic music. One could easily classify the music on this disc as modern classical. Regardless of the label one chooses to attach to “Molignak”, it’s a very beautiful record which makes the perfect background to a romantic tete à tete with that special someone; or to enjoy by oneself in moments of quiet introspection.

Added: November 19th 2005
Reviewer: Yves Dubé
Score:
Related Link: www.progquebec.com
Hits: 267
Language: English

 

MOLIGNAK vous transportera ailleurs.  Cette musique inspirée est un véritable voyage sonore rempli de variations aussi émouvantes qu’intenses.

Laissez-vous envoûter par la sensualité souriante de « je suis le démon de ta vie »; envolez-vous vers des destinations inconnues avec « l’envol du  papillon »; « La Molinie » vous accueillera dans son mystérieux pays… 18 plages de compositions plus originales les unes que les autres, parfois criantes, parfois langoureuses, mais toujours interprétées par des musiciens d’une qualité exceptionnelle, au talent à la hauteur de leur sensibilité et de leur rigueur.

Une inconditionnelle

Geneviève Langlois
Journal de la Molinie
24 octobre, 2005

SEARCH PAGE > CD | DVD | LP | MAGAZINE | USED CD | USED DVD & VHS | USED LP & SINGLES

MOLIGNAK

LANGLOIS, JEROME
2005 , CANADA - EURO 15.50

Label: PROGQUEBEC

ALBUM REVIEW
Molignak is the first new release by Jérôme Langlois, co-founder of Maneige, in twenty years. Featuring members of Maneige, Conventum, Octobre, and others, it is an exciting and fresh musical exploration informed by progressive rock, jazz, chamber music, contemporary classical, and film scores. The same musical ambition and inspiration that resulted in the classic Maneige albums Maneige and Les Porches is alive and well in Molignak, a beautiful, exotic, and adventurous musical suite arranged for piano, clarinets, guitar, violin, cello, bass, and drums. This is the first non-reissue by the ProgQuebec label and accompanies Mr. Langlois’ return to live performances.


Comments are closed.